Rechercher
  • David Dessolis

De l'importance du désir

Point 1 : réflexions sur le développement personnel

Les questions apportent les solutions.

Le fait que les questions apportent les solutions signifie que la solution désirée n’est pas tant dans la réponse que dans la question. Ceci s’avère d’autant plus vrai que toute réponse naît de la façon dont est posée la question.

En effet, quelle que soit la question que vous vous posiez, votre cerveau va chercher la réponse et vous le savez. Combien d’heures à sentir votre cerveau travailler en fond jusqu’à vous fournir ce que vous lui avez demandé. Des heures d’insomnies peut-être même ! Posez-vous une question et votre cerveau vous répondra.

Savez-vous ce qui fait la différence entre les personnes qui restent bloquées et celles qui avancent dans la vie ? C’est leur relation aux questions qui émergent dans leur esprit chaque jour.

Pour cette raison, j’aimerais à nouveau vous inviter considérer les questions que vous vous posez. Analyser nos pensées et déterminer nos questionnements intérieurs est l’un des meilleurs investissements que nous pouvons faire sur notre vie. Et je parle bien d’investir, car réfléchir à votre vie intérieure vous rapportera infiniment plus en qualité de vie que l’argent ne pourrait le faire.

Pourquoi ? Tout simplement, parce qu’à l’origine de tout changement, de toute progression, il y a une question. En fait, à la source de toute décision, il y a une question.

Une affirmation, une pensée, un argument peuvent être source de changement, mais uniquement s’ils ont suscité une question en nous, autrement ce ne sera que de la réflexion.

A l’inverse, une interrogation qui nous a interpellé va tout chambouler jusqu’à ce que les conséquences soient là. J’emploie volontairement le mot « conséquences » car vous verrez qu’une question peut s’avérer être aussi bénéfique que dangereuse

Vous allez me dire : dangereuse ? Une question ? Absolument ! Examinons cela :

Sur les 60'000 pensées que vous aurez aujourd’hui, plus de 95% sont les mêmes qu’hier ; et parmi les 4 ou 5000 questions que vous vous poserez, consciemment ou pas, 90% n’ont que très peu d’influence sur votre vie. C’est vrai. Mais c’est là où vous devez comprendre que toute l’influence des questions réside dans ces 10% que vous seriez tentés de laisser passer sans y faire attention…

Plus précisément, cela signifie que chaque jour, nous avons environ 57'000 pensées similaires à hier, dont 4 ou 500 questions. Pour être encore plus clair : chaque jour nous obéissons aux réponses des 4 ou 500 questions que nous nous posons en boucle, et qui influencent notre vie jour après jour…

Une question influente oriente nos schémas de pensées, donc notre quotidien, donc toute notre existence. Pour cette raison, moins vous donnez d’importance aux questions que votre esprit se pose, moins vous aurez de contrôle sur votre destinée.

En fait, les questions conditionnent notre vie. C’est aussi simple que ça. En effet, peu importe son degré d’importance, rien ne peut arrêter la progression d’une question dans notre esprit, une fois qu’elle est posée.

Vous en doutez ? Voyons voir… Si je vous dis :

× A quoi ressemble la maison de vos rêves, et de quelle couleur est-elle ?

× Comment fait votre conjoint pour vous donner un fou rire ?

× Quel est le plat que vous voudriez manger maintenant ?

× Qu’est-ce qui vous détend profondément ?

Pour toutes ces questions, je sais que vous êtes allé chercher l’information, peut-être même souriez-vous car vous venez de vous rendre compte que vous n’avez pas pu empêcher votre cerveau d’aller chercher cette réponse… Or, ce que je sais aussi, c’est qu’en même temps que ce souvenir, vous avez ressenti une émotion liée à cette information retrouvée. De la joie, de la sérénité, de l’excitation peut-être. En tout cas, c’est sûrement positif, car vous avez suscité une émotion liée à un certain type de souvenir, agréable en l’occurrence.

Vous comprenez donc le premier point important, qui est que rien n’empêche (ni ne peut empêcher) votre cerveau d’aller chercher la réponse et, plus encore, de la trouver ou de tout faire pour la trouver. Mais, peut-être, malgré cette première expérience, vous doutez encore un peu… Ok. Voici ce qui va vous convaincre :

Il nous est tous arrivé de ne pas nous rappeler un mot, un nom ou un numéro que nous savons pourtant par cœur. Dans ces moments, nous avons beau fouiller notre cerveau et toucher le bout de notre langue, nous semblons être impuissant à la trouver, comme si notre cerveau était vide. Jusqu’au moment où, parfois en pleine nuit en sortant d’un rêve, ou au beau milieu de la douche, sans prévenir et forcément trop tard, l’information ressurgit ! La question ici n’est pas de savoir pourquoi nous semblons parfois égarer l’information connue, mais de constater à quel point le cerveau ne peut s’empêcher de chercher jusqu’à trouver.

Revenons aux souvenirs positifs évoqués tout à l’heure. Vous avez compris qu’à chaque souvenir est liée une émotion.

Voici à présent deux nouvelles questions :

× Quand avez-vous eu vraiment peur la dernière fois, c’était à cause de quoi ?

× Qu’est-ce qui vous dégoûte vraiment fort dans la vie, un animal, un plat, une odeur ?

Aïe… Cette fois encore, les souvenirs sont là mais les émotions sûrement moins agréables que tout à l’heure. C’est là tout l’intérêt de comprendre la puissance, et surtout l’influence des questions que notre esprit se pose, et que nous lui laissons se poser.

De même, pour une question le cerveau est capable de nous fournir des tas de réponses. Ainsi, si je pense à un souvenir désagréable, mon cerveau cherchera à me rappeler une série d’autres qui sont similaires. Et c’est la même chose pour l’information positive que je lui demande de chercher. C’est pour cela que nous nous surprenons parfois à rêvasser, voire à nous perdre dans des pensées très lointaines de notre question de départ. C’est simplement le cerveau qui nous amène à explorer tout ce qui est en lien avec notre question originelle.

Or, le problème ne réside pas dans le fait que le cerveau nous donne des tas d’informations liées les unes aux autres ; mais dans le fait que nous nous penchons trop souvent sur les réponses du cerveau, et pas assez sur la nature des questions que nous nous posons chaque jour.

En effet, si je choisis de me poser des questions positives, mon cerveau me fournira obligatoirement des réponses positives. Pour cette raison, si je me lève en me demandant « Quelle bonne action puis-je faire envers mes collègues aujourd’hui ? », mon cerveau cherchera à me montrer toutes les opportunités positives que je peux saisir au cours de la journée.

Inversement, si je me lève en me demandant « comment est-ce que tous ces ‘lourdeaux’ vont encore me fatiguer ? », j’ai la quasi-assurance que mon cerveau cherchera jusqu’à trouver (ou créer) toutes les occasions de me montrer que j’avais raison de me plaindre… C’est la loi du cerveau : on lui demande, il cherche et trouve, quitte à influencer notre comportement qui attend une réponse précise. En bien ou en mal.

Les questions sont puissantes et influentes à tout moment de la journée. Autant dire que si vous redoutez de passer une sale nuit à cause de telle ou telle raison, votre esprit va se focaliser sur ces raisons et, en effet, votre nuit sera tout simplement ratée…

Vous constaterez dans les questions posées plus haut que j’ai cherché à favoriser en vous la précision du souvenir, en employant des mots comme « couleur », « vraiment », « maintenant », « profondément », etc.

Vous devez donc prendre en considération que rien, mais absolument rien n’arrête le cheminement d’une question, et que la précision avec laquelle elle est posée conditionne encore plus la nature de la réponse.

Imaginez qu’à l’instant où elle est posée, une question précise devient puissante et influente à l’image d’un missile à tête chercheuse programmé pour impacter coûte que coûte. Or, ce que la question va produire comme impact, c’est le fait de créer un schéma de pensée. Un schéma de pensée est, quant à lui, ce qui va définir le choix de nos habitudes et finalement façonner notre caractère.

Ainsi, si chaque jour, vous vous posez des questions axées sur les solutions, la gratitude et comment contribuer à faire le bien autour de vous, vos journées auront ce doux parfum de bonheur que vos questions auront inspirées. En revanche, le résultat sera inversement proportionnel si les questions sont négatives et centrées sur les problèmes.

A présent que vous avez compris tout cela, en examinant la nature générale des centaines de questions qui dirigent vos journées, vous pourrez facilement discerner quel type d’avenir vous êtes susceptible de vivre…

En conclusion, les questions déclenchent un processus aux répercussions bien plus conséquentes que ce que nous pensons. Si vous voulez commencer à percevoir un changement dans vos vies, décidez de choisir les questions que vous vous posez. Pour cela, choisissez de tirer parti de votre ordinateur mental. Notre cerveau a une capacité d’emmagasiner les expériences dépassant tous les ordinateurs du monde. Un cerveau ne peut pas être saturé d’informations, c’est ainsi. Simplement, il classe, range et organise de façon que les informations essentielles ou dont vous avez besoin le plus couramment soient accessibles au plus vite. Mais si vous apprenez à vous poser les bonnes questions, vous vous apercevrez rapidement que votre mémoire est infaillible car élastique à l’infini ! Aussi, souvent nous ne savons pas tirer profit de nos expériences, non pas car d’une prétendue mauvaise mémoire, mais plutôt car nous ne nous posons pas les bonnes questions qui nous permettraient d’exploiter au maximum nos capacités mentales, émotionnelles, psychiques et même souvent physiques.

De même, quand arrive un problème, souvenez-vous premièrement qu’il n’y a pas de problème sans solution, et que si vous ne trouvez pas de solution c’est la preuve qu’il n’y a définitivement pas de problème… Ensuite habituez-vous à vous poser ces cinq questions simples :

1. Que puis-je trouver de positif dans ce positif ?

2. Qu’est-ce qui n’est pas encore abouti dans cette situation ?

3. Que suis-je prêt à faire pour atteindre mon but ?

4. Quel sacrifice suis-je prêt à faire pour atteindre mon but ?

5. Comment puis-je trouver du plaisir dans le fait d’atteindre mon but, malgré les efforts et les sacrifices que je dois faire ?

En vous posant toutes ces questions, prenez quelques instants pour en apprécier les effets positifs sur vous, et laissez une fois de plus votre cerveau (et votre cœur) faire le reste...

Point 2 : réflexions sur le développement professionnel

Tête dans le sable = auto croche-patte.

La procrastination est un problème, mais cacher ou laisser en suspens les problèmes peut s’avérer pire encore que laisser traîner une tâche. Un problème qui ne peut se résoudre seul, et qui doit donc être résolu engendre par nature des conséquences pire au fur et à mesure que le temps passe. Une facture impayée entraîne des pénalités, un service promis non rendu peut entacher une amitié ou une réputation s’il s’agit d’une opération commerciale. Etc.

En conséquence, si vous faites l’autruche trop longtemps, ce ne sera bientôt plus la peine de cacher votre tête, car vous la perdrez…

Plus vous attendez, plus la difficulté augmentera et la possibilité de la résoudre sans dommages collatéraux diminuera.

Choisissez donc d’agir rapidement, avec clarté et courageusement. Et si vous ne pouvez pas y arriver seul, sollicitez de l’aide. De même, s’il le faut, demandez un délai en expliquant la situation, mais agissez dans les meilleurs délais !

Enfin, le plus évident mais le moins pratiqué : si c’est votre faute dites-le, assumez et arrangez les choses, rétablissez la situation, réglez le problème. Courrez où il faut mais faites votre mea culpa et agissez avec dignité. Vous montrerez par-là que vous assumez mais que vous cherchez également à vous réformer afin de ne pas reproduire l’erreur. On pardonne à ceux qui demandent pardon, on refuse toute grâce à ceux qui s’entêtent à ne faire comme si de rien n’était. Or, dans les affaires plus encore que dans la vie personnelle, la grâce est rare…

Point 3 : réflexions sur le développement commercial

De l’importance du désir.

C’est le désir qui révolutionne les vies, en transformant les rêves en réalité. En effet, plus vous demanderez avec ardeur, plus vous recevrez. Et plus vous demanderez avec ardeur et foi et plus vous serez certain de recevoir.

Ce qui est importe est d’abord ce que vous pensez, pas ce que vous portez comme habit ou conduisez comme voiture. Il y a tellement de gens qui s’endettent pour paraître riches, instruits ou aimés. Pourtant, ils dorment seuls et pleurent chaque nuit sur leur lit, contrait de regarder leurs mensonges en face. A l’inverse, il existe des personnes qui s’habillent simplement, n’ont pas grosse voiture ni de maisons à 24 pièces mais qui possèdent la moitié du pays… Si vous pensez être un roi, peu importe que vous ayez l’air d’un moins que rien, vos souhaits se concrétiseront. Inversement, si vous cherchez à ce qu’on vous voit comme un roi, toute votre énergie ne sera pas dans la réalisation de votre but, mais dans le fait de duper les autres.

Réfléchissez, soignez vos pensées, figurez-vous atteindre votre but et, non pas comme par magie, mais par la loi de la persévérance, du désir et de la foi, vous mettrez en œuvre le plan qui vous conduira à la réalisation de votre but ; commercial en l’occurrence. Pourquoi ? car vous aurez voulu de tout votre être atteindre l’objectif précis que vous vous étiez fixé. Et ce désir ardent vous donnera l’intelligence d’élaborer le plan qu’il faut. Un plan qui fonctionne devient un fait réel ; lequel est le fruit d’un but qui devient une obsession.

Or, pour qu’un but fonctionne ne vous laissez aucun échappatoire possible, aucune solution de repli, aucune possibilité de vous débiner. Vous devez couper les ponts derrière vous, et trancher. Si vous avez un pied dans la maison et un pied dans la rue, vous vous condamnez à vivre dans la confusion, dans l’instabilité et dans l’impossibilité d’atteindre vote but, quel qu’il soit.

Soyez donc obsédés par votre but au point de trancher avec tout le reste. Pour réussir, dans quelque domaine que ce soit, il faut refuser de regarder en arrière et choisir de sacrifier tout ce qui pourrait nous y ramener. Cette façon de faire est la clé pour générer un état d’esprit conquérant et vainqueur. Néanmoins, vous saurez si votre désir brûle réellement d’atteindre votre but au fait de voir si vous êtes capables ou pas de brûler tous les navires qui pourraient vous ramener à votre point de départ. En effet, tout le monde a souhaité un moment donné de sa vie faire quelque chose de grand, de nouveau, ou simplement d’atteindre un but privé, mais il ne suffit pas de souhaiter, il faut désirer jusqu’à l’obsession, établir un plan précis et s’y tenir avec persévérance. Vaincre ou mourir, telle est la devise.

Enfin, les autres ne chercheront jamais à atteindre vos buts pour vous. Aussi, s’il est légal et moral, concentrez-vous sur votre objectif, croyez-y de tout votre être et persévérez dans le plus ardent désir, en recommençant autant de fois qu’il le faut. Qu’importe ce que les autres pensent ou disent si vous échouez, car tout échec porte le germe de la réussite !

Voilà, ce feuillet touche à sa fin, j’espère que vous y avez trouvé des informations intéressantes pour votre développement humain, entrepreneurial et commercial.


Que votre journée soit puissante et inspirée !


David Dessolis



0 vue
 

©2020 David Dessolis

Mentions légales: ​www.daviddessolis.com Dessolis David. Avenue de Castelnau 34000 Montpellier. 0763734931. ​SIRET 510 384 472 00039 APE 9609Z.

Ce site est hébergé par : Wix . Wix.com Inc. 500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158. Téléphone : +1 415-639-9034.