Rechercher
  • David Dessolis

La tête et les tripes...

Point 1 : réflexions sur le développement personnel

La tête et les tripes.

Rassurez-vous, il n’est pas question ici d’une étrange recettes d’abats, mais bien de ce qui fait que vos changements seront effectifs. Une des affirmations qui pourrait bien enrichir votre vie est de croire fortement que si vous vous posez sans cesse des questions, vous recevrez absolument des réponses, peu importe ce que vous vous demandez. Ceci, vous le savez, car les réponses existent déjà, et votre responsabilité ne réside pas tant à trouver les bonnes réponses qu’à poser les bonnes questions. En résumé de tous les feuillets précédents sur le pouvoir du questionnement, souvenez-vous des trois choses fondamentales :

- Il n’y a pas de problème sans solution (et s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème).

- Ne terminez pas une seule journée sans avoir découvert, appris ou expérimenté une nouvelle chose positive, constructive, édifiante et impactant votre vie et celle de votre entourage (Et si vous avez des enfants, commencez à façonner leur esprit pour que leur tête ne soit pas seulement bien faite, mais qu’elle soit également bien pleine et qu’ils sachent s’en servir au moins aussi bien que vous. Ceci en développant l’habitude de leur demander chaque soir : « qu’as-tu appris de nouveau aujourd’hui ? ». Et s’il arrivait que sa journée fût vide de toute intérêt, engagez votre progéniture à aller chercher dans un dictionnaire, un manuel, une encyclopédie ou toute autre source d’informations à portée de main de quoi enrichir sa pensée - et donc affûter son pouvoir de questionnement et de donc de décision. Vos enfants seront en effet ce que vous aurez fait en sorte qu’ils deviennent).

- Les points précédents concernent la tête. Or, vous commencez à me connaître, j’ai foi en mon instinct et j’invite toute personne à développer sa confiance en ses propres tripes. Faire confiance aux réponses qui émergent de votre instinct, et concentrer votre énergie et votre attention sur l’accomplissement de vos priorités vous permettra de ne pas vous disperser en agissant, et de ne pas reporter au lendemain ce que vous voulez faire à cause d’un perfectionnisme inutile et dangereux pour votre croissance. Nul n’étant parfait, commencez à agir dès que possible, pas dès que tout est absolument parfait.

Point 2 : réflexions sur le développement professionnel

L’habit ne fait pas le moine…

… mais vous ne verrez jamais un moine habillé autrement qu’en moine… Si les codes de la mode évoluent sans cesse, ceux des affaires ont la tête dure, et finalement ce n’est pas plus mal. En effet, que se passerait-il si le Président de la République venait parler lors d’une allocution officielle, en short, débardeur et claquettes ? Bien, maintenant que vous venez de visualiser M. Macron de la sorte, évaluez sur une échelle de 1 à 10 le sentiment d’autorité et de compétence qu’il vous inspirerait. Je doute fort que le score permette de remporter la moindre partie de foot…

Pour cela et sans aller dans l’extrême, considérez à quel point que la tenue est une part importante de l’influence que vous avez sur votre environnement professionnel. Je ne crois pas au fait d’être vêtu cool au travail. Je crois en effet au charisme de la prestance et à la puissance du professionnalisme qu’inspire le vêtement de conséquence.

Si donc vous êtes jardinier, il n’y a aucun intérêt à travailler à costume trois pièces. Néanmoins, une tenue solide, soignée et professionnelle, plutôt qu’un jean, un pull et des baskets vous permettront nécessairement d’être reconnaissable de loin en tant que professionnel (et non ressemblant à un particulier taillant sa haie…). Idem si vous êtes dans les affaires : pourquoi vouloir adopter une tenue civile alors que vous dégagez tant de force et de magnétisme lorsque vous vous apprêtez selon les codes vestimentaires de votre poste/fonction/secteur ? Après tout, après s’être mis en pièces, les rugbymen eux-mêmes ne se mettent-ils pas sur leur 31 pour se présenter au public ? Inversement, on les imaginerait mal jouer en costume cravate et se présenter en short. C’est donc bien que l’on s’habille en conséquence de l’action que l’on doit pratiquer.

Aujourd’hui, il est facile de très bien présenter sans dépenser des fortunes ; profitez donc de cette opportunité et soignez votre apparence. Ne le faites pas pour vous, faites-le par respect pour vos interlocuteurs (c’est-à-dire ceux qui font que vous gagnez votre vie).

Point 3 : réflexions sur le développement commercial

Des mystères cachés dans l’évidence...

Notre cerveau n’a que faire de savoir si ce que vous lui demandez, dites ou suggérez est négatif ou positif. Lui, tout ce qu’il fait -et fait très bien- est de prendre pour argent comptant tout ce que vous lui dites et de le transformer en ordre à accomplir – et de l’accomplir.

Pour cette raison, à l’instar de l’eau qui est un force naturelle incontrôlable autant qu’un objet de salut terrestre pour tout pays désertique ou de vie pour tout un chacun, il en est de même pour la pensée de l’homme.

Conduirez-vous votre vie en haut d’un barrage ou sous une vague scélérate ?

La foi, et le fait d’être certain que vous aurez la capacité de réussir vous permet de chausser les crampons des champions. Vous ne gagnerez probablement pas toutes les batailles, mais à la fin, vous aurez été un bon combattant et, surtout, les fruits de votre travail auront un goût incomparable. A présent, voici un poème que je vous laisse méditer :

Si vous pensez que vous êtes battu, vous l’êtes.

Si vous pensez que vous n’osez pas, vous n’oserez pas.

Si vous voulez gagner, en pensant ne pas pouvoir,

Il est presque certain que vous ne le pourrez pas.

La dure bataille de la vie, ce ne sont pas toujours les plus forts

Ni les plus rapides qui la gagnent :

L’homme qui, tôt ou tard, remporte la victoire

Est celui qui pense qu’il en est capable.

Le secret réside dans l’évidence : faites comme si vous aviez déjà reçu et vivez en conséquence ; alors vous recevrez ce que vous demandez. Faites l’inverse (demander sans croire que vous recevrez) et rien ne viendra. En effet, nul malade n’a jamais guéri, s’il ne voulait pas guérir ou se croyait incurable…

Néanmoins, la foi sans le don est de l’arrivisme, de l’intérêt. Pour cette raison, chaque fois que vous donnerez avant de recevoir, vous augmenterez votre capacité à recevoir et assurerez le fait que vous recevrez.

Le don, l’amour, la contribution sont des fondements qui vous permettent de nourrir votre foi d’une grande force : le détachement. C’est ainsi que vous comprenez pourquoi les meilleures commerciaux ne semblent jamais ni manquer d’argent ni en chercher, ils n’ont même pas l’air de travailler pour cela. Et c’est vrai. Ce qu’ils font n’est pas travailler, mais agir chaque jour à se faire plaisir en offrant un service ; service si bon que les gens payent avec plaisir…

Bonne méditation… 😉

Voilà, ce feuillet touche à sa fin, j’espère que vous y avez trouvé des informations intéressantes pour votre développement humain, entrepreneurial et commercial.

Que votre journée soit puissante et inspirée !

David Dessolis


1 vue
 

©2020 David Dessolis

Mentions légales: ​www.daviddessolis.com Dessolis David. Avenue de Castelnau 34000 Montpellier. 0763734931. ​SIRET 510 384 472 00039 APE 9609Z.

Ce site est hébergé par : Wix . Wix.com Inc. 500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158. Téléphone : +1 415-639-9034.