Rechercher
  • David Dessolis

Le secret du « bon moment »

Point 1 : réflexions sur le développement personnel

Le secret du « bon moment »

Avez-vous cru au père noël ? Pourtant il y a de fortes chances que vous n’y croyiez plus. Pourtant, si la croyance est partie, les cadeaux eux sont bien restés… Étonnant, non ? Pas tant que ça. « Lorsque toutes les circonstances favorables à ton bonheur seront réunies, alors tu seras heureux » est une autre histoire que nous avons tous entendu. Quelles sont donc ces circonstances ? L’argent, le pouvoir, l’amour, le sexe, l’épanouissement, la sérénité, ne jamais manquer de rien, une vie de vacances, etc. La liste est autant fausse qu’elle peut être longue.

Pourquoi fausse ? Car, chaque fois que l’homme obtient quelque chose, il veut autre chose. Sauf à comprendre que la clé n’est pas dans la possession mais dans le détachement.

Prenez l’exemple de l’argent. Un milliardaire a dit que le secret pour être heureux était d’avoir un peu plus d’argent qu’il n’en avait. Il était pourtant milliardaire ! En fait, ceci résume les deux voies malheureuses habituelles de l’homme : soit je crois que le bonheur est dans la quête de ce que peut apporter l’objet, soit qu’il est dans l’objet lui-même en tant que quête.

Pourtant, si mon bonheur dépend de ce que peut m’offrir l’argent, quand j’aurais 10’000€ par mois, il y a de fortes chances que naîtra en moi le désir d’obtenir un peu plus (1000€ par exemple… Juste 1000€ de plus…) pour pouvoir m’offrir des choses qui coûtent 1000€ de plus seulement... Ma quête ne prendra alors jamais fin, et jamais je ne profiterais de ces 10’000€ déjà acquis, et qui m’offrent déjà tant de choses. De la même manière, si je crois que mon bonheur dépend d’avoir de l’argent, alors même avec 1€ je devrais heureux normalement. Malheureusement, dans ce cas-là, puisque ma quête est l’argent, donc l’objet en soi, alors je ne serais jamais heureux, non parce que j’en manque, mais parce que d’autres en ont aussi, et que ce qu’ils ont n’est pas dans mon compte…

Ainsi, que ma croyance que le bonheur est dans la quête de ce que peut apporter l’objet ou qu’il est dans l’objet lui-même, je passe chaque fois à côté de l’essentiel : ce que j’ai ne compte pas. Ce qui compte c’est de voir si ce que je n’ai pas ne me manque pas. Nuance. Ceci marche avec tout : amour, pouvoir, appartenance, sécurité, sexe, technologie, relations, etc.

En conséquence, parce que rien ici-bas ne peut nous apporter de satisfaction durable en soi, la clé réside dans le changement de perspective et de se faire à toute chose, afin de comprendre profondément que si nous ne manquons pas de ce que nous n’avons pas, alors si un jour nous venons à l’avoir, nous ne risquerons pas d’en être dépendants – et saurons donc en profiter pleinement, et le perdre sans qu’il ne nous en coûte rien.

Comment donc y arriver ? Vous avez deux possibilités :

La première est de changer de point de vue, donc de centre d’attention. Remarquez comme il difficile de changer d’état d’esprit quand vous tentez d’avoir du contrôle sur vos pensées. Inversement, vos mauvaises pensées cessent dès lors que vous n’essayez pas de les changer, mais quand vous leur donnez un autre focus sur lequel travailler.

La seconde façon est d’impliquer non seulement vos pensées mais encore votre corps. Comment ? En sollicitant votre intelligence émotionnelle. En effet, chaque émotion déclenche immédiatement des réactions physiologiques précises. Observez-vous. Si vous êtes triste ou déprimé, cela m’étonnerait que votre corps soit droit, ouvert et dynamique. Je le crois plutôt fermé, épaules tombantes, respiration courte et probablement un peu douloureuse. Inversement, si vous êtes en joie, vous êtes probablement relevé, énergique, les yeux plus ouverts et le rythme cardiaque plus ample et franc. C’est la même chose avec toutes les émotions.

Pour cette raison, plus vous saurez accéder à des émotions positives à volonté et sur simple commande (en le décidant donc), plus votre intelligence émotionnelle se développera, et plus vous aurez de contrôle sur votre propre vie, puisque votre corps (votre véhicule personnel) sera toujours le serviteur de votre vie, et non le maître. En effet, si je voulais faire le tour du monde en voiture, vous me conseilleriez certainement de bien vérifier ma voiture et de faire les réparations nécessaires avant d’y aller, et ensuite de bien l’entretenir au fur et à mesure de mon périple, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est la même chose pour votre tour du monde personnel (votre vie et destin donc) : bichonnez votre corps en lui donnant une vie émotionnelle riche, positive et en pleine conscience !

Point 2 : réflexions sur le développement professionnel

Réfléchir, c’est vivre mieux.

J’ai terminé le point précédent avec quelque chose qui me tient particulièrement à cœur : le fait de vivre en pleine conscience. Je crois que faire le point sur ce que l’on vit intérieurement est une véritable opportunité que nous devons nous accorder. Ceci afin de pouvoir être la meilleure version de nous-même.

En effet, après tout, est-ce si bizarre que de se poser des questions basiques sur la journée que nous venons de vivre, sur la façon dont nous avons vécu les évènements, su ce qui nous a touché positivement ou négativement, et de réfléchir à la façon dont nous pouvons finalement ne plus nous laisser toucher négativement par ces choses et cultiver ce qui nous fait du bien, etc. ? Je crois qu’il n’y a là rien de bizarre. En fait, je crois que c’est même plutôt faire preuve de sagesse (car nous améliorons là la qualité de notre vie), et de respect (car nous améliorons là la qualité de notre être, et donc nous offrons à autrui une relation optimale).

De même, je sais par expérience que se poser pour réfléchir augmente notre capacité à anticiper le futur et développe notre esprit visionnaire. En effet, autant je crois qu’il faut savoir vivre le moment présent car à chaque jour suffit sa peine, autant je crois aussi que parce nous sommes des êtres de mouvement évoluant dans un monde en mouvement, il est important de savoir appréhender ces deux forces qui tout en étant autonomes ne peuvent se dire indépendantes l’une de l’autre.

Je vous invite donc à prendre au moins 30 à 45 minutes chaque jour, à la fin de votre journée pour faire le point, au calme, durant un moment dédié (mais pas pendant votre douche, durant le trajet retour, ou tout autre moment qui « pourrait servir »). Durant ce rdv que vous vous accorderez, notez vos idées, évaluez ce qui a marché et a échoué, les raisons de l’un comme de l’autre. Soyez intentionnel dans le fait de vouloir vous poser, pour vous poser les bonnes questions et faire de vous une personne plus posée… Puis prenez conscience des effets que ces réflexions opèrent en vous, et petit à petit des fruits que vous commencez à porter grâce à ces moments dédiés.

Point 3 : réflexions sur le développement commercial

Opération « C’EST DU PROPRE » !

Quand votre but est établi, que vous êtes en train de travailler à un projet de vie qui a pour objectif de servir vos clients (car c’est bien de cela dont est censé être constitué l’ADN de votre société : servir pour réussir, réussir pour servir), alors il devient impératif de mettre :

- Votre masque anti-parasites,

- Vos lunettes anti-confusion

- Et vos boules quiès anti-rumeurs.

De quoi est-ce que je vous parle ? très concrètement, de discerner et de séparer les personnes, informations et choses qui vont contribuer à votre développement de celles qui vont vous critiquer/ridiculiser/saboter. Bref, je parle d’être alerte à la pollution de votre air entrepreneurial

Cette façon de vous positionner va non seulement vous apprendre à bien choisir votre entourage, mais également à trier l’information que vous donnez.

En effet, si votre entourage est bon, alors cela signifie que vous êtes entouré de bonnes personnes positives, ayant elles-mêmes de l’ambition, des rêves, cherchant aussi à produire des résultats (pas forcément en ayant leur entreprise ou en dirigeant des gens ; mais en voulant en tout cas améliorer leur propre vie). Néanmoins, si votre problème réside dans le fait que vous vivez avec quelqu’un qui ne vous soutient pas, voire qui vous rabaisse, alors vous n’avez pas d’autre solution que de trier l’information que vous lui donnez afin de vous préserver. Ce n’est pas du mensonge, c’est de la sécurité. Vous aurez tout le loisir d’en parler quand vos résultats parleront pour vous !

Cependant, un bon entourage est aussi composé de personnes qui sont critiques envers vous. Non pas pour vous saboter, mais pour vous permettre de sortir de votre zone de confort, qui vous stimuleront à toujours produire le meilleur. Mes proches savent que j’ai une drôle de manie : quand je produis quelque chose, que j’écris un livre, que j’invente un programme de coaching, ou que je développe un idée pour mon travail, je leur présente pour avis. Après avoir écouté leur retour, j’insiste en leur demandant : qu’est-ce qui pourrait clocher encore ? Quelles critiques pouvez-vous faire sur ce que je viens de produire ? etc. Même quand ils m’ont déjà fait des critiques.

Evidemment, je suis un homme normal, et mon ego peste contre moi quand je pose ces questions, car il préférait que je cherche à obtenir des compliments. Mais en toute honnêteté, je me fous des compliments ! Si j’obtiens des compliments en les cherchant, c’est que je suis un peureux doutant de ma capacité d’en recevoir sans en demander, ou un orgueilleux qui ne produit pas pour que mes produits aident les gens mais pour qu’on me dise que c’est une super idée.

L’important ce n’est donc pas le compliment, mais qu’on vous soutienne et qu’on vous stimule par la critique. Bien sûr, le but n’est pas de demeurer dans une réflexion critique ad vitam, mais bien de vous positionner en discernant quand est le bon moment pour agir. En effet, autant la critique est importante, autant vous restez le pro. C’est donc vous qui devez savoir quand faire le GO !

Voilà, ce feuillet touche à sa fin, j’espère que vous y avez trouvé des informations intéressantes pour votre développement humain, entrepreneurial et commercial.


Que votre journée soit puissante et inspirée !


David Dessolis



0 vue
 

©2020 David Dessolis

Mentions légales: ​www.daviddessolis.com Dessolis David. Avenue de Castelnau 34000 Montpellier. 0763734931. ​SIRET 510 384 472 00039 APE 9609Z.

Ce site est hébergé par : Wix . Wix.com Inc. 500 Terry A François Blvd San Francisco, CA 94158. Téléphone : +1 415-639-9034.